AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 The pain of the separation - Heo Yoo Rim

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lee Cheon Ho
THE NAME IS Lee Cheon Ho

Messages : 116
Date d'inscription : 24/09/2010
Pseudo : Nana
Célébrité de l'avatar : Park Sang Hyeon
Âge : 20 Ans
Occupations : Photographie
Orientation sexuelle : Bisexuel
Humeur du moment : Détendu
Lover : Nobody
My diary : → Photographier la ville du haut d'un gratte ciel

→ Devenir un bon garçon

→ Faire de mes prochains jours un avenir meilleur

MessageSujet: The pain of the separation - Heo Yoo Rim   Dim 26 Sep - 18:17

THE PAIN OF THE SEPARATION



    T e n u e ~
    Spoiler:
     

    Je ne me sens pas à ma place ni chez moi, ni à l’école mais au moins je n’ai pas à supporter tous ces gosses de riches qui se prennent pour des hommes importants alors qu’ils ne savent rien faire de leurs dix doigts. Je ne veux pas hériter de la fortune de mon père parce que cela entrainerait aussi mon ascension vers le poste de directeur et vers l’acceptation qu’il est mon paternel. Je ne suis pas le fils d’un homme aussi cruel. Je n’oublie rien de la souffrance qu’il m’a fait endurer. Je refuse d’être un pantin qu’il manipule à sa guise, je coupe avec difficulté les fils pour tomber inerte de ses mains. Je préfère être sans vie, presque mort, plutôt que d’être ce qu’il attend de moi. Au moins lorsque je suis à l’école je ne le vois pas, je n’ai pas à supporter ses agressions verbales et physiques, je me sens libre bien qu’enfermé entre ces murs. Je ne vais pas à tous les cours, je les trouve parfois inutiles, je ne vais qu’à ceux qui m’intéressent vraiment. En attendant j’arpente les couloirs déserts, frôlant le mur de mes doigts, m’imprégnant de sa vieillesse, de son expérience et de tout ce qu’il a pu voir. Sous le regard de cette bâtisse, bien des choses ont du se produire et se passent encore. Je suis tiré de ce délicieux moment par des voix semblant parfois criardes. Je m’approche et m’adosse à un mur dans un angle me permettant de pouvoir voir sans être vu. Je ne suis pas curieux de nature, j’ai simplement reconnu une personne. Il était évident que c’était elle, Yoo Rim. Je soupire puis continue de les observer sans me faire voir. Je devine ce qu’il s’est passé. Elle s’est amouraché d’un nouveau garçon, le mauvais comme toujours et ils se séparent parce qu’il ne sait pas voir ce qu’elle est vraiment. Cet homme ignore à quel point son sourire est délicieux, tant pis pour lui. Je reste ainsi, spectateur d’une jeune femme désemparée par l’abandon de son petit ami. Tu es trop faible, tu laisses ton cœur bien trop souvent à nue, prend plus soin de lui avant qu’il ne se ferme sans que tu ne puisses rien y faire. Je ferme les yeux lorsque je la vois s’accrocher désespérément à son bras. Ce n’est que lorsque j’entends ce bruit effroyable que je réagis. Mon dos se décolle du mur, je redescend mon pied, décroise mes bras et retire mes lunettes avant d’apparaitre dans l’ouverture. Je n’ai pas besoin de miroir pour voir que mon regard est glaciale, je suis un iceberg. Je devine les marques sur sa peau, la douleur dans sa colonne vertébrale après avoir été repoussée contre le mur et je me sens envahi par la folie. Je me souviens de tout ça, des plaies sur mon épiderme, des griffures dans ma nuque ou des morsures sur mes bras. Je n’arrive pas à sortir les images de cet homme m’infligeant la pire des corrections et j’ai la sensation de me voir enfant, bloqué entre ce mur et lui, ne sachant comment faire. Voulant être aimé mais sans avoir à supporter cette souffrance. Je ne doute pas qu’elle recherche avec passion l’homme de sa vie mais je pense qu’elle devrait cesser un instant afin de prendre le temps de réfléchir. Je saisis le poignet du bourreau et avant qu’il n’ai le temps de pivoter pour se retrouver face à moi j’envoie mon poing dans son visage, heurtant avec violence sa mâchoire. Je ne suis ni très grand ni très fort mais j’ai tellement de rage en moi que ma puissance s’en voit dupliquée. En un rien de temps il se retrouve à terre, probablement à cause de la surprise. Je ne crains rien, ce genre d’homme ne se bat qu’en bande, seuls ils ne valent rien. Je connais ce genre de type, j'en fréquente trop.

    « - Tu es complètement malade !
    - Casse toi. Ne l’approche plus jamais. La prochaine fois je te tue. »

    Je ne parle jamais pour ne rien dire. J’utilise un discours claire et simple pour être compris, je suis ainsi. Je l’entend grogner alors que je me positionne entre elle et lui mais bien vite il se lève et quitte le couloir où nous nous trouvons. Il n’a pas l’intention de récidiver pour le moment. Il ne fait aucun doute qu’il me tombera dessus à un autre moment mais au moins il oubliera Yoo Rim pour s’acharner sur moi, ça me va. Je n’ai rien à perdre, c’est ce que je pense en tout cas. Lorsqu’enfin il disparait de mon champs de vision, ma colère ne s’est pas atténuée, je frappe contre le mur à côté de son visage provoquant probablement la surprise chez elle. J’appuie mon avant bras à côté de sa tête alors que mon visage s’approche du sien peut être un peu trop. « Qu’est ce que tu as dans la tête à la fin ?! Tu vas vraiment finir par te faire tuer si tu continues. Apprend à mieux les choisir ! ». J’ignore la raison pour laquelle je m’énerve, je ne trouve pas moi-même d’explication. Je déteste la voir pleurer. La première fois que je l’ai vue elle animait un débat en classe, elle avait l’air sure d’elle, passionnée et heureuse. J’ai aimé son sourire, sa joie de vivre et cette manière de toujours positiver. Pour quelqu’un comme moi qui s’enfonçait jour après jour, c’était la découverte d’un autre univers bien plus doux. J’ai toujours l’impression que les gens qui entrent en contact avec moi se brisent, pourtant elle a toujours été comme ça j‘en suis sur. Je ne sais pas ce que je cherche en essayant de sauver ce genre de victime fragile, peut être mon propre pardon. Parce que j’ai oublié comment être heureux j’aimerais que tout ceux autour de moi le soient afin de m’apprendre. Je veux comprendre les sentiments, découvrir l’amour, réapprendre à être passionné comme je l’étais. Mais en attendant je ne suis que celui qui se cache derrière son appareil afin de masquer la réalité à travers des clichés retravaillés. Je me détache d’elle puis soupire en posant ma main sur mon front. A nouveau je fuis comme je l’ai toujours fait, j’emprunte le même chemin que son ancien petit ami afin de me diriger vers la sortie, la laissant seule ici.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://romeo-and-juliet.forumactif.com/step-three-i-m-me-but-who-are-you-f5/because-i-have-never-seen-the-love-t332.htm http://romeo-and-juliet.forumactif.com/step-four-loneliness-is-not-approved-f11/you-are-mine-baby-t334.htm#5844
Heo Yoo Rim
THE NAME IS Heo Yoo Rim

Messages : 214
Date d'inscription : 31/08/2010
Pseudo : Lyaa
Double compte : Im Junha ♥ :DD
Célébrité de l'avatar : Jung Nicole
Âge : 19 Ans
Occupations : Etudiante en langues étrangères
Orientation sexuelle : Hétérosexuel quoi d'autre voyons !
Humeur du moment : Réveuse (aA'
Lover : Un jour mon prince viendra; un jour on s'aimera ... ♫


MessageSujet: Re: The pain of the separation - Heo Yoo Rim   Lun 27 Sep - 12:25



    Le dernier cours du matin venait de sonner, Yoorim attrapa son sac et la jeta négligemment sur son dos. La matinée avait été des plus épuisante, la demoiselle était alors contente de pouvoir se détendre le temps de deux heures. Elle passa la porte en saluant quelques camarades de classe, quand son regard fût attiré vers le mur. Il était là, son copain actuelle. Honnêtement, depuis 2-3 jours leur relation commençait à battre légèrement de l'aile. Habituellement, il ne jamais la chercher, la jeune fille devina alors que quelque chose n'allait pas. Le jeune garçon se décolla du mur, et lui fit signe de la suivre, ce qu'elle fit bien entendu. La tête de la brune durant sa marche était baissé. Ce petit rendez-vous improvisé elle ne le sentait pas du tout...

    Ils se stoppèrent dans un des couloirs de l'université vide de monde, Yoorim se plaça devant le jeune homme et planta son regard dans le sien. Qu'est ce qu'il pouvait être mignon.. A vrai dire ça ne faisait pas énormément de temps qu'ils étaient ensemble, un mois dans quatre jours pour être exacte, mais il n'avait pas fallut plus de temps à la belle pour s'attacher à lui. En même temps il avait tout fait pour il fallait le dire. Il avait su lui donner l'affection qu'elle désirait et il n'en avait pas fallut plus. Beaucoup trop naïve, la brune était beaucoup trop naïve. Lorsqu'elle se sentait en confiance, la demoiselle se jeter les yeux fermé quitte à en perdre des plumes. Et puis d'un certain côté, elle était rodée. Malheureusement pour elle, elle ne savait pas choisir ses amants. Alors souvent il fallait ramasser les pots cassés. Le regard de Yoorim se baissa de nouveau, le sol était devenu beaucoup plus intéressant lorsque le garçon commença à parler.

    « Bon écoutes, je crois que toi et moi on devrait en rester là. Tu es une fille formidable hein, mais ça ne peut pas fonctionner entre nous.»

    Classique... A croire qu'ils avaient tous le même discours lorsqu'ils voulaient rompre. Cette phrase, la jeune fille la connaissait par coeur. Malheureusement pour elle encore une fois. Des larmes voulurent couler le long de ses joues rosies, mais elle les refoula. Elle devait être forte. Pleurer n'était pas la solution. Le jeune homme se recula pour partir, ou fuir ? Mais la demoiselle lui attrapa le bras. Elle ne pouvait pas le laisser partir ainsi. Elle avait besoin de savoir pourquoi ça ne pouvait pas marcher, qu'avait-elle bien pu faire de mal encore une fois ? Yoorim s'apprêta à parler lorsqu'elle fût propulsée lourdement contre le mur. Son souffle fût coupé quelques instants sous le choque. Venait-il réellement de la pousser ? Et d'un certain côté de la frapper ? Jamais personne ne lui avait fait ça. Une larme perla sur son visage. Son dos la faisait souffrir. Elle ouvrit les yeux et remarqua le jeune homme au sol. Son visage se releva. Cheonho... Que faisait-il ici. Avait-il assisté à la scène ? La demoiselle se sentie gênée mais assista calmement à ce qui se produisait devant-elle.

    « Tu es complètement malade !»


    C'était exprimé le garçon a terre. Yoorim ressenti un petit mal-être. A cet instant, elle eut envie d'aller le ramasser et de le prendre dans ses bras. Mais la réalité l'a rattrapa de plus belle. Il venait de la larguer, il fallait qu'il paye.

    « Casse toi. Ne l’approche plus jamais. La prochaine fois je te tue. »

    La brune fût surprise par la brutalité des mots prononcés, mais ne dit rien. Son « ex » se redressa et parti du couloir assez vite. La jeune fille souffla doucement. Elle voulue remercier Cheonho, mais le poing de ce dernier vint atterrir juste à côté de son visage. La demoiselle sursauta. Le garçon approcha son visage de la demoiselle, ce qui eut pour effet de la faire recula, quand elle buta contre le mur.

    « Qu’est ce que tu as dans la tête à la fin ?! Tu vas vraiment finir par te faire tuer si tu continues. Apprend à mieux les choisir ! »

    La tête de la jeune fille se baissa de nouveau. Il avait entièrement raison. A son tour, le jeune homme quitta le couloir laissant la belle seule avec son désarroi. Pourquoi devait-elle être aussi simplette ? Pourquoi fallait-il qu'elle craque sur des bad boys ? Des garçons pas fait pour elle. Comme il l'avait dit à l'instant, Yoorim devait apprendre à mieux les choisir, mais ce n'était pas si simple que ça. La jeune fille se détacha du mur. Elle devait le remercier. Après tout, s'il n'avait pas été là cela aurait peut-être pu dégénérer. Personne ne sait et ne saura. Quoi qu'il en soit la brune ressentait le besoin d'exprimer sa gratitude au jeune homme. Elle avança d'un pas pressé dans la couloir, tournant le regard dans tous les tournant lorsqu'elle l'aperçue devant lui. Elle trottina doucement dans l'espoir de le rattraper.

    « Cheonho ! Attend s'il te plait. »

    La demoiselle arriva enfin à la hauteur du dit Cheonho puis se positionna face à lui. Elle reprit doucement la respiration avant de se courber légèrement.

    « Merci pour ce que tu viens de faire pour moi ! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://romeo-and-juliet.forumactif.com/everything-s-okay-f21/heo-yoo-rim-sweetie-baby--fini-t261.htm http://romeo-and-juliet.forumactif.com/step-four-loneliness-is-not-approved-f11/my-wonderful-world-rimrim--t267.htm
Lee Cheon Ho
THE NAME IS Lee Cheon Ho

Messages : 116
Date d'inscription : 24/09/2010
Pseudo : Nana
Célébrité de l'avatar : Park Sang Hyeon
Âge : 20 Ans
Occupations : Photographie
Orientation sexuelle : Bisexuel
Humeur du moment : Détendu
Lover : Nobody
My diary : → Photographier la ville du haut d'un gratte ciel

→ Devenir un bon garçon

→ Faire de mes prochains jours un avenir meilleur

MessageSujet: Re: The pain of the separation - Heo Yoo Rim   Lun 27 Sep - 12:59

    Je ne suis pas plus sage que lui, je suis moi aussi un mauvais garçon, je ne vaux guère mieux. Cependant moi je n’ai jamais levé la main sur une femme je ne me le serais jamais permis. Il m’est inconcevable de pouvoir ne serait ce que penser à frapper un être plus faible que moi un jour. Quel plaisir peut on tirer des coups sur un être fragile ? Depuis des années je me pose cette question qui reste sans réponse. Je me demande pourquoi mon père a déversé sa haine sur mon corps d’enfant plutôt que sur ma trainée de mère qui lui avait menti. Je ne m’apitoie pas sur mon sort, j’ai oublié tous les mauvais souvenirs de mon passé. Pourtant je ne suis encore qu’un gamin qui désire plus que tout avoir une réponse à chacune de ses questions comme si c’était existentiel. J’ai une mémoire sélective, je me suis forcé à oublier certaines choses trop douloureuses pour moi afin de me forger cette carapace bien ancrée. Cependant malgré mon intention de rester impassible et de marbre face aux évènements de la vie, mon subconscient ou bien mon inconscient je ne sais pas, s’évertue à me pousser vers les gens en souffrance. C’est pour cette raison que je marche toujours sur ses pas et que je suis toujours là lorsqu’elle a besoin de moi. Un peu comme si nous étions connectés. Je me déteste malgré tout de ne pas être capable d’être plus doux. Plutôt que de la réprimander, plutôt que de heurter le mur de mon poing j’aurais pu lui caresser la tête, frôler ses cheveux, embrasser son front et lui dire que je serais la. Mais je ne suis pas ce genre d’homme, je n’y arrive pas et pourtant ce n’est pas faute d’essayer. A peine l’ai je quittée que déjà j’ai envie de faire marche arrière. Mais pour lui dire quoi ? Je suis incapable de m’excuser et je la vois mal deviner des mots dans mon silence. Je marche puis m’arrête successivement plusieurs fois, n’arrivant pas à me décider. Alors que je me torture l’esprit, elle me sort de mes pensées. « Cheonho ! Attend s'il te plait. ». Je me stoppe dans ma course contre moi même mais c’était inutile parce que déjà elle se poste devant moi. Plutôt que d’écouter, je me surprends à détailler son corps fin, son visage aux traits délicats et la blancheur de ses vêtements en accord avec la teinte de sa peau. Me voila entrain de virer pervers, il ne manquait plus que ça. Mais bien vite je dois cesser ma contemplation en voyant son corps se courber de manière très polie afin de me remercier.

    « - Merci pour ce que tu viens de faire pour moi !
    - Ne me remercie pas et ne me sois pas redevable. Je ne veux pas être un jour tributaire d’un service que tu me rendras alors ne le soit pas des miens non plus. »

    Encore une fois j’ai été trop brutal, trop cruel. Je me déteste lorsque j’agis de la sorte. Je pose une main sur mon front et je me mettrais presque des claques si je le pouvais d’être aussi bête. Il m’arrive de me demander pour quelle raison étrange je suis aussi froid alors que mon corps brûle d’être doux et attentionné. Je suis définitivement mal composé, il y a eu une erreur lors de ma fabrication, c’est la seule explication logique que je trouve. Et pourtant dieu sait que cette idée n’a rien de très claire, elle frôle l’impossible. Avant qu’elle n’ait le temps de réaliser la cruauté de mes propos et mon attitude habituelle de toujours éloigner les autres de mon univers, je saisis son bras, la forçant à se redresser et la tire vers la sortie de notre école. « Viens je te raccompagne. » Au diable les dernières heures de cours, ce n’est pas comme si ça avait de l’importance, j’aurais mes examens sans avoir à les passer grâce à mon père. Et puis quand tout ceci sera finit, quand mes années d’étudiant toucheront à leurs fins, je n’aurais d’autre choix que d’obéir à mon paternel qui ne l’est pas vraiment. Alors en attendant je vais en profiter. Je ne pense pas que boire un verre ou manger un plat chaud aux côtés de cette jeune femme puisse être nuisible pour moi. Pourtant je sens bien les vibrations dans tout mon être, la sensation apaisante qui s’empare de moi lorsque je suis prêt de ce genre de personne, profondément bonne. Je sais que mon cœur se serre et que j’essaye de fuir mais je ne pourrais certainement pas faire ça toute ma vie, un jour il faudra bien que je change. En attendant jeune fille je te supplie de ne pas t’éprendre de moi, je te conjure de ne pas t’attacher à l’être misérable que je suis même amicalement. Parce que j’ai été conçu pour briser tout ce qui m’entoure, j’apprends juste à être un homme bon, ne précipite pas ma descente en enfer. Un jour je serais capable de voir la vie sous un autre angle, je regarderais le monde à travers les yeux d’un autre et je le trouverais bien plus beau. Ce jour la je serais heureux, capable d’aimer, je deviendrais un homme aimant, doux et attentionné et alors si tu es toujours seule, abandonnée par tous ces hommes, je t’arracherais à ce triste sort pour te montrer que la vie à mes côtés est bien plus belle et agréable. Malheureusement pour le moment je ne suis pas capable de faire ça pour elle, je ne suis même pas capable de l’aimer. Quel triste garçon je suis, je m’étonnes moi même de ne pas être tombé follement amoureux de cette si belle femme. Le visage froid, le regard dépourvu de tout sentiment et l’âme prisonnière quelque part dans mon corps, je me tiens là à ses côtés, savourant le soleil léger dans ce ciel de fin d’été, qui vient nous caresser le visage. Mon cœur sourit mais mes lèvres refusent de bouger. Je ne lâche pas le poignet de mon interlocutrice alors que nous quittons l’enceinte de l’établissement pour nous rendre chez elle. Un prétexte voila ce que j’ai utilisé pour passer un peu plus de temps avec elle et m’excuser de mon attitude déplorable. Je suis un fin stratège mais je reste pathétique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://romeo-and-juliet.forumactif.com/step-three-i-m-me-but-who-are-you-f5/because-i-have-never-seen-the-love-t332.htm http://romeo-and-juliet.forumactif.com/step-four-loneliness-is-not-approved-f11/you-are-mine-baby-t334.htm#5844

THE NAME IS Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: The pain of the separation - Heo Yoo Rim   

Revenir en haut Aller en bas
 

The pain of the separation - Heo Yoo Rim

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Romeo & Juliet. :: SÉOUL :: 
let's learn together; seoul high.
 :: université
-